Ligne éditoriale

 

Recherche et Cas en Sciences de Gestion (RCSG) vise à promouvoir la création et la diffusion des études de cas en sciences de gestion.

Les études de cas sont destinées à servir des objectifs ambitieux de transmission des savoirs, en amenant les étudiants, les professionnels et les enseignant-chercheurs à intégrer les connaissances scientifiques les plus avancées et récentes dans un domaine donné.

Chaque cas est ainsi centré sur un thème particulier appartenant à une ou plusieurs disciplines des sciences de gestion (ex : le reporting intégré en comptabilité). Il permet de mettre en pratique des concepts théoriques ou outils de ces disciplines qui devront être clairement explicités.

Si les cas ont une vocation pédagogique, les auteurs sont généralement amenés à porter leur audience vers des questionnements scientifiques.

 Les cas soumis doivent être inédits. Ils présentent des situations d’organisations ancrées dans l’actualité des problématiques de management, basées sur des données réelles (primaires ou secondaires). Le nom de l'organisation doit être explicitement mentionné, seuls les noms des protagonistes peuvent être changés dans le cas où la confidentialité l'exigerait.

Un cas peut faire l'objet de deux publications complémentaires distinctes dans la revue : (1) l'étude de cas (et sa proposition de corrigé),et (2) l'article sur le cas. 

 

(1) Format de l'étude de cas

 

L’étude de cas comprend deux parties:

-          La première partie (15 pages maximum, annexes et références comprises) présente l’étude de cas.

-          La seconde partie détaille les propositions de traitement et de discussion du cas.

 

Le document sera soumis au format Word, caractères Times New Roman 12, format A4 :

 - 1 page de garde présentant le titre du cas, le résumé en français et anglais présentant l’intérêt et l’actualité du cas (100 mots maxi) + mots clés

- 10 à 15 pages présentant l’énoncé du cas (texte principal + annexes)

- 10 à 15 pages de proposition de traitement des données du cas, incluant d’éventuelles consignes d’animation pour une utilisation dans un contexte d’enseignement

 

Ø Page de garde

 Sur la page de garde, sont mentionnés les éléments suivants:

            1- Le titre du cas (cf. ci-dessous). Le cas porte un titre en deux parties : une première partie mentionne le thème du cas, la seconde partie porte le nom de l’entreprise, suivie d’un jeu de mot destiné à « accrocher » le lecteur.

Ex :      LES NIVEAUX DE LA STRATÉGIE

                                   3M : des produits qui vous scotchent

                2- Le ou les auteurs avec leurs coordonnées complètes (adresse professionnelle, téléphone, e-mail).

                3- Un résumé en français, d’une longueur de 350 à 500 caractères (espaces compris), suivi de 5 mots clés.

                4- Un résumé en anglais, d’une longueur de 350 à 500 caractères (espaces compris), suivi de 5 mots clés.

 Ø Enoncé

L’énoncé associe un texte principal et des annexes, dont le lecteur pourra mobiliser les informations. L’auteur veillera à ce que toutes les données nécessaires au traitement du problème proposé soient bien présentes dans l’énoncé. Le texte principal est constitué de plusieurs paragraphes précédés d'intertitres contextualisés. Il comporte une introduction, et s'achève par une conclusion mettant en perspective la situation de l'entreprise étudiée. Les annexes font partie des informations nécessaires au traitement du cas.  Les sources sont indiquées en note de bas de page. L’auteur peut éventuellement énumérer les principales sources en fin d’énoncé après les annexes. L'énoncé s'achève sur une mise en perspective de la situation présentée.

   

 Ø Proposition de traitement des données du cas (en accès réservé)

La proposition de traitement des données du cas par l’auteur n’est pas nécessairement la seule possible ; cependant, l’auteur doit être en mesure de montrer qu’il existe une possibilité de solution convaincante et argumentée aux problèmes posés. Cette solution doit être en lien avec les approches, démarches ou théories mobilisées dans la revue de littérature. Il ne serait question de proposer une « note pédagogique » vague,  sous prétexte que d’autres solutions peuvent être envisagées.

L’auteur veillera à présenter les rubriques suivantes :

- La liste des « Objectifs pédagogiques » visés par le cas

- La liste des «  Thèmes/outils » mobilisés

- Les questions de l’étude de cas

- La « proposition de traitement du cas »

 

Les réponses aux questions doivent être détaillées, et reposer à la fois sur le cas, les annexes et les thèmes/outils à mobiliser pour la résolution du cas. Les références doivent être explicites.

Les réponses ne se limitent pas à une énumération d'éléments de correction. Elles font l'objet d'une rédaction détaillée (introduction, développement, synthèse).

Nous attirons l’attention des auteurs sur le fait que des rappels théoriques rapides et le lien avec la littérature académique existante sont à introduire dans la correction.

 Le respect du format des cas n’est pas seulement une contrainte indispensable pour assurer la cohérence de la revue, c’est avant tout un canevas destiné à aider l’auteur à se mettre en conformité avec l’esprit de la ligne éditoriale.

 

(2) Format de l'article sur le cas

 

L’article sur le cas (15 pages maximum, bibliographie comprise) comprend deux parties:

-          La première partie est dédiée à la revue de littérature des articles académiques pré-existants sur les thématiques abordées dans le cas, en mettant notamment en lumière les recherches les plus récentes et les problématiques soulevées (en complément et en option une revue de la littérature des cas de recherche ou pédagogiques existants, permettant de préciser le positionnement du cas proposé). Pour voir le modèle de contribution, cliquez ici.

 -         La seconde partie vise à expliciter les conditions dans lesquelles le cas a été développé (contact direct avec les décideurs, nombre d’interviews, nature de la relation entre le chercheur et l’organisation, nature et sources des données mobilisées), le type de traitement attendu (application de formules, d’outils, de cadres théoriques, réflexion conceptuelle, public visé). Les questions soulevées dans ou par le cas feront l’objet d’un développement spécifique, afin d’en montrer les multiples dimensions et les éléments de discussion. La façon dont le cas peut être analysé à partir des connaissances théoriques existantes développées en première partie sera exposée. Les évaluateurs seront particulièrement sensibles à la présence d’un « bouclage théorique ». Les auteurs sont ainsi invité à montrer en quoi la revue de littérature mobilisée permet d'améliorer la compréhension de la situation ou, à l'inverse, de montrer en quoi le cas permet d'enrichir la littérature mobilisée ou de l’amender. A titre d’exemple, deux questions peuvent être abordées par les auteurs pour réaliser ce bouclage : Qu'est-ce que la théorie amène au cas? Qu'est-ce que le cas aborde à la théorie? Ansi, les apports théoriques du cas devront être explicités. 

En complément et en option, les auteurs pourront développer leur retour d’expérience d’animation du cas, sous une forme qualitative (réponses apportées par les apprenants) ou quantitative (enquête avant-après, évaluation de l’intérêt apporté au cas).